Google for jobs : ce qui va changer

Google for jobs : ce qui va changer pour les offres d’emploi

Début juin, Google proposait en France une nouvelle fonctionnalité de son moteur de recherche, appelée Google for jobs. En effet, depuis cette date, la page de résultats affiche parfois en tête les offres d’emploi en lien avec le mot-clé saisi. Vous ne vous en êtes pas forcément aperçu, car ce nouveau service a été lancé avec une relative discrétion. Comment fonctionne t-il ? Quelles ambitions Google dévoile t-il sur le marché des offres d’emploi ? Enfin, quelles sont les implications pour les annonces en télétravail ?

Le fonctionnement de Google for jobs

Google for jobs n’est pas une innovation spécifique pour la France. Au contraire même, nous sommes plutôt en retard : la fonctionnalité a été lancée il y a 2 ans aux Etats-Unis, 1 an au Royaume-Uni et pré-testée depuis plusieurs mois avant d’être rendue accessible chez nous. Ainsi, Google a sélectionné les principaux acteurs du secteur du recrutement pour développer son nouveau service. On retrouve des annonces provenant des plateformes privées (Cadremploi, Indeed, Regionsjob par exemple) ou des institutionnels (Pôle Emploi, l’Apec). Soit une douzaine de sources pour alimenter les résultats de recherche. Un nombre qui est bien entendu amené à évoluer dans les prochaines semaines.

Les ambitions de Google for jobs

Est-ce que Google va bouleverser l’oligopole du marché du recrutement en France, comme il l’a fait pour les comparateurs de vol et autres comparateurs de prix ? A priori, pas immédiatement ! Google for jobs fonctionne comme un agrégateur d’offres d’emploi classique, comme le géant Indeed. Par contre, la firme de Mountain View met à profit toutes ses compétences en intelligence artificielle et sa connaissance de l’utilisateur pour lui rendre l’expérience plus facile, plus agréable et plus efficace. Suppression des doublons des offres (le fléau des agrégateurs !), recherche d’annonces avec des termes synonymes, enregistrement d’offres, création d’alertes, géolocalisation… Et le tout bien sûr toujours gratuitement pour tous les acteurs de la chaîne. A court terme, ça ressemble à un deal gagnant-gagnant. Plus d’offres pour les candidats, plus de trafic pour les agrégateurs ou les intermédiaires et donc plus de candidats pour les recruteurs. Mais au-delà, n’y a t-il pas menace immédiate pour les agrégateurs ? Combien de temps pourront-ils lutter avec la toute-puissance de Google ? Et ensuite, comment le modèle évoluera t-il ? En devenant payant ? En offrant aux entreprises l’opportunité de publier directement leurs offres ? Comment les intermédiaires tireront-ils alors leurs épingles du jeu ?

Google for jobs et le télétravail

Puisque les Etats-Unis ont 2 ans d’avance sur le développement de Google for jobs comparativement à la France, une évolution remarquable a eu lieu il y a quelques semaines sur la version américaine concernant le télétravail. Ce qui suggère qu’elle sera tôt ou tard déployée en France également. Il s’agit tout simplement de l’ajout d’un filtre permettant de n’afficher que les offres proposant du télétravail. Un petit pas niveau technique, mais un grand saut pour le télétravail : aucun autre site traditionnel n’avait franchi l’étape et ne proposait cette fonctionnalité. Ce qui nous conforte dans notre vision, puisqu’avant même l’initiative de Google, Homefice s’est donné comme mission de mettre en avant toutes les offres en télétravail. Nous avons sur ce thème 1 an d’avance sur Google. 😉

Cet article vous a intéressé et/ou appris quelque chose ? Pensez à partager ce lien sur facebook, instagram, linkedin ou twitter !

Recommandations

Laisser un commentaire