5 craintes face au télétravail que vous partagez

5 craintes face au télétravail que vous partagez

Selon une étude publiée par Randstad, 36% des salariés ne sont pas attirés par le télétravail. Ils préfèrent donc être présents au bureau tous les jours. A contrario des grandes tendances qui favorisent de plus en plus la flexibilité, le nomadisme, l’équilibre vie professionnelle / vie privée.

Est-ce que c’est parce qu’ils apprécient davantage que les autres leur trajet quotidien domicile-travail ? Pour info, jusqu’à une moyenne de 1h24 par jour pour les Franciliens selon une étude de l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme d’Île-de-France publiée en mai 2017. Est-ce qu’un emploi du temps immuable, commun à toute l’entreprise et rigide leur convient particulièrement ? Ou bien ont-ils finalement appris à apprécier ces grands open-spaces bruyants, impersonnels, où vous êtes interrompu toutes les 5 minutes ?

Pas forcément : l’intérêt personnel à un changement est évalué en comparant les avantages attendus aux inconvénients. La pondération de ces derniers est propre à chaque individu. Passons donc en revue dans cet article les 5 craintes face au télétravail les plus fréquentes !

« Je perds mon rythme de travail et mon amplitude horaire habituelle »

Il n’y a sans doute rien, dans le monde contemporain, de plus ritualisé que la vie de bureau. Une journée y est jalonnée de rituels individuels ou collectifs devenus tellement banals que l’on n’y prête plus attention ! J’arrive tous les matins à la même heure. Puis je prend un café et discute devant la machine. Ensuite j’ai le brief d’équipe. Vient la pause-cigarette en milieu de matinée. Puis je sors déjeuner. Je reviens pour la réunion de 14h. Je refais ensuite une pause café en milieu d’après-midi, etc… Ces rituels découpent dans l’inconscient votre journée en tranches productives d’1h30 à 2h. Ils conditionnent par conséquent votre organisation quotidienne. Travailler de chez soi vous libère de la totalité de ces rituels ! Ce sera donc à vous, si vous y tenez, de redéfinir un rythme et des contraintes d’horaires – et de vous y tenir !

« On va m’en demander davantage »

Pour le moment encore largement minoritaire, le télétravail est souvent considéré par le management comme un privilège octroyé à l’employé. Il gagne sur les temps de trajet, sur son organisation et sur son environnement de travail ! La tentation est donc grande d’en profiter pour élargie le périmètre ou enrichir le poste de quelques tâches additionnelles. Néanmoins, le télétravail est de plus en plus utilisé et de mieux en mieux encadré par la loi et les accords collectifs, dont nous avons détaillé les conséquences dans ce précédent article. Ce type de négociation fait donc un peu mauvais-genre et semble de moins en moins probable, a fortiori quand il y a une représentation syndicale dans l’entreprise.

« Ça va attiser la jalousie de mes collègues et détériorer l’ambiance »

Le télétravail est généralement mis en place progressivement en entreprise et il ne peut de toute façon pas être proposé à tous les employés. Par conséquent, il y a parfois un sentiment d’inégalité face au télétravail. De la jalousie peut naître entre ceux qui y ont (déjà) droit et les autres. Conservez le même professionnalisme, la même disponibilité et la même réactivité ! Vous oeuvrerez ainsi pour la cause commune et convaincrez par vos résultats le management d’accélérer sa mise en oeuvre à la totalité du service. Si tout le monde en profite grâce à vous, il n’y a plus de raison d’être jaloux(se)…

« Je vais être isolé de la vie de l’entreprise »

Si vous êtes moins présent – ou même plus du tout – au bureau, ne risque t-on pas de vous oublier ? Pensera t-on à vous pour le séminaire de rentrée, la formation au Chateauform, la soirée de fin d’année, les pots de départ, etc… ? Vos opportunités de progression au sein de l’entreprise ne seront-elles pas amoindries ? Non ! D’abord, sur le plan juridique, la loi garantit au télétravailleur les mêmes droits collectifs que les autres employés, et les mêmes droits à la formation. Les ressources humaines doivent même définir des mesures spécifiques visant à éviter l’isolement du télétravailleur.

Pas encore tout à fait rassuré ? Très peu d’entreprises et d’employés pratiquent une rupture totale avec le bureau : ils privilégient le télétravail régulier, avec un rythme compris entre une demi-journée et 4 jours par semaine passés hors du bureau. Ce qui vous laisse la possibilité de poursuivre votre personal branding et vous tenir informé(e) des derniers gossips…

« Je ne suis pas fait(e) pour rester seul(e) à travailler chez moi »

Le saviez-vous ? Le télétravail ne consiste pas nécessairement à s’enfermer chez soi dans un silence absolu, entièrement dédié(e) à ses tâches jusqu’à la fin de la journée ! Servez-vous une tasse de thé ou de café ! Mettez votre musique favorite ou la TV en fond sonore ! Invitez votre chat ou votre chien à partager votre labeur… Il est paradoxal de penser que le télétravail accentue la solitude. C’est en vous libérant de certaines contraintes temporelles ou géographiques qu’ il vous offre davantage de temps pour vous et vos proches !

Et si jamais travailler seul(e) à domicile vous pèse, pourquoi ne pas rejoindre l’un des nombreux espaces de coworking qui ont ouvert un peu partout en France ces dernières années ? Vous pourrez y retrouver le confort d’un lieu pensé pour les personnes comme vous, l’effervescence d’un open space ou enrichir votre réseau professionnel…

Cet article vous a intéressé et/ou appris quelque chose ? Pensez à partager ce lien sur facebook, instagram, linkedin ou twitter !

Philosophie du télétravail, Vie de "bureau"

Laisser un commentaire